mercredi 12 avril 2017

Infos santé : Sport et Santé-Entorse interne du genou


Entorse interne du genou

Vous avez été victime d’une entorse du ligament interne du genou, votre médecin vous l’a confirmé. L’auto-rééducation est conseillée pour compléter vos séances de kinésithérapie.

Avec la collaboration de Grégory DELENTE, kinésithérapeute du sport.

Bien qu’une récupération rapide vous tienne à cœur, vous n’avez peut-être pas le temps d’allez chez votre kinésithérapeute trois à quatre fois par semaine. Il est possible de limiter la fréquence des séances en réalisant de l’auto-rééducation à domicile.  Ce programme vous aide à retrouver un bon fonctionnement articulaire. Votre genou retrouve peu à peu la possibilité de résister aux contraintes mécaniques et aux déséquilibres des sports que vous aimez, que ce soit le football ou le ski !

  • Genou gonflé, articulation glacée
Si votre genou est gonflé, glacez le au moins 3 fois 20 minutes par jour.  Il est souvent bien utile de mettre un sac de glace au-dessus, sur la rotule, et un autre en dessous. En effet, à l’arrière du genou, la membrane entourant le genou se dilate et se remplit du liquide présent dans l’articulation. N’oubliez pas de protégez votre peau avec un linge, typiquement une serviette éponge. Il existe également d’astucieux systèmes de fixation pour «vessie de glace» qui stabilise bien le montage.
Lorsque votre ligament s’est déchiré, les petits vaisseaux sanguins situés à l’intérieur se sont rompus. Il s’est produit un saignement qui amène des cellules destinées à la reconstruction des tissus. De surcroit, les globules blancs sont venus pour nettoyer les débris. C’est l’inflammation responsable d’un œdème. Ce processus naturel est indispensable à la cicatrisation. Malheureusement dans bon nombre de cas, il s’emballe et devient nuisible. L’excès de sang distend l’articulation et éloigne les moignons du ligament. La mission des globules blancs  dévie du déblaiement des détritus à la destruction progressive du jeune ligament. Il faut calmer l’inflammation, il faut mettre de la glace ! Si la chaleur amène du sang vers votre visage et vous faire rougir, le froid ferme les vaisseaux, réduit les saignements et l’inflammation.

  • 1) Entretenez doucement votre mobilité
Votre médecin vous l’a dit, en cas de lésion sérieuse, un peu de repos et d’immobilité s’imposent afin que les deux extrémités du ligament rompu se recollent. Alors, respectez ses consignes. Cependant, vous l’avez compris, il faut  également «mécaniser» et «assouplir» cette cicatrice afin qu’elle assume plus aisément sa future mission.
Il est tout à fait possible de dissocier les mouvements à risque du quotidien de la mobilisation contrôlée chez le kinésithérapeute ou en auto-rééducation. Alors que vous conservez votre genouillère pour la vie de tous les jours, vous pouvez commencer à l’enlever prudemment au cours de ces séances de travail. Si cette immobilisation vous est prescrite 3 semaines, il est recommandé de débuter la mobilisation douce et le renforcement au cours de la dernière semaine. Cette méthode n’est pas dangereuse. Au contraire, elle prépare progressivement votre genou à assumer sans risque sa liberté retrouvée !

Exercice 1 : Couché, pliez lentement votre genou. Allez-y par étapes. Posez votre talon puis tentez de fléchir un peu plus. Allez-y-doucement. Respectez votre douleur.

  Dessins : Mathieu Pinet


Quelques jours plus tard, selon vos sensations 
Exercice 2 : Couché puis assis, genou plié à angle droit, tournez la pointe de pied vers l’autre jambe et à l’opposé. Basculez doucement votre articulation blessée vers l’autre genou. Allez-y-doucement. Respectez votre douleur. Le dernier geste s’oriente dans la direction de l’entorse mais il est lent, contrôlé et oriente les fibres pour résister à un prochain faux mouvement.

 Dessins : Mathieu Pinet

  • 3) Renforcez vos muscles stabilisateurs.
Trois muscles ferment le compartiment interne du genou. Ils portent le nom de « patte d’oie » car ces 3 tendons s’étalent en éventail sur la face interne du tibia comme la patte du gallinacé. Quand ils sont forts et vigilants, ils protègent efficacement le ligament interne.

Exercice 1 : Assis, poussez avec le bord interne de votre talon sur un mur ou sur un meuble. Prenez soin de «verrouiller» votre articulation. Dosez vous-même la force de pression pour éviter toute sensation de tiraillement. Gardez la contraction 6 secondes, renouvelez l’exercice toutes les 30 secondes pendant 3 à 5 minutes.

 Dessins : Mathieu Pinet

Quelques jours plus tard, selon vos sensations,
Exercice 2 : Assis, faites basculez le dossier de la chaise voisine sur la face interne de votre pied puis soulevez le sur quelques centimètres. Ralentissez bien le retour en position de départ. Pour augmenter la difficulté, mettez des vêtements sur le dossier.

 Dessins : Mathieu Pinet

Exercice 3 : Debout, jambes écartées, pliez le genou opposé et passez en fente latérale. Freinez bien la descente et remontez un peu plus vite. Commencez par une dizaine de mouvement. Progressez, en augmentant le nombre de répétions et mettez un sac à dos avec des livres.

 Dessins : Mathieu Pinet

  • 4) Travaillez votre coordination et votre équilibre.
Dans les ligaments, il existe de petits récepteurs qui informent le système nerveux de la position du genou. Ils ont été abîmés lors du traumatisme. Afin que les muscles interviennent au bon moment pour éviter l’entorse, il faut les rééduquer.

Exercice 1 : Assis, mobilisez un ballon que vous avez placé sous votre plante de pied. D’abord d’avant en arrière puis de droite à gauche puis dans tous les sens. D’abord lentement puis plus vite en stabilisant de temps à autre la position. D’abord les yeux ouverts puis les yeux fermés.

 Dessins : Mathieu Pinet

Quelques jours plus tard et selon vos sensations
Exercice 2 : Debout sur la jambe blessée, fléchissez vos appuis. Tentez de garder l’équilibre.
Pour vous concocter votre progression : commencez devant une glace puis abandonnez-la. Regardez devant vous puis bougez la tête et fermez les yeux.  Balancez l’autre jambe d’avant en arrière et de droite à gauche.  Pliez et étendez le genou. Jouez au ballon avec vos mains. Passez du parquet stable, à un coussin mou et terminez sur votre matelas.

 Dessins : Mathieu Pinet

Exercice 3 : Faites le skieur ! Placez-vous en appui sur vos deux jambes légèrement fléchies. Basculez les genoux d’un coté puis de l’autre, comme si vous preniez un virage à ski. Perdez le contact d’un pied puis d’un autre. Commencez les yeux ouverts, continuez les yeux fermés.

Dessins : Mathieu Pinet

Quelques jours plus tard et selon vos sensations
Exercice 4 : Cette fois, il faut retourner sur le terrain. Après votre jogging, enchainez avec des pas chassés, des pas croisés, des changements de direction. Après avoir repris sur macadam,  les joggeurs s’aventurent progressivement sur sol plus irrégulier. Les footballeurs peuvent jongler avec leur pied blessé en insistant sur les intérieurs du pied. Il est habituel que ce mouvement reste longtemps un peu douloureux. Pas d’inquiétude ! Il faut s’entraîner à bien verrouiller son genou et se montrer progressif : passes courtes puis passes longues et enfin transversales.

  • Une entorse interne du genou, c'est quoi ?
Une entorse correspond à la lésion du ligament situé à la face interne de votre genou, en face de l’autre genou. Cette cordelette fibreuse relie le fémur, l’os de la cuisse, au tibia, l’os de la jambe. Il s’abîme, se distend ou se déchire quand le genou bascule vers l’intérieur et que le pied tourne vers l’extérieur, typiquement lors d’une chute à ski au moment où les spatules s’écartent … inexorablement.


Source SantéSportMag

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire