dimanche 31 décembre 2017

Billets


Dessins de presse


Dessins de presse

Billets-Le cadeau de Noël, une aberration incontournable



Le cadeau de Noël, une aberration incontournable

L'échange de cadeaux de Noël est une épreuve psychologique délicate. C'est encore pire sous un angle économique, écrit un professeur d'économie dans un billet humoristique. Si nous voulons donner une valeur maximale à notre cadeau, il nous faut souffrir...

D'un point de vue purement économique, l'achat de cadeaux peut être complètement absurde. Certains présents font même plus de mal que de bien. Si j'offre un livre de cuisine à 20 euros à un ami qui n'aime pas cuisiner, par exemple, il ne saura qu'en faire. Et pourtant ce livre aura coûté cher à produire, des gens auront travaillé dessus et la valeur qu'ils auront créée disparaîtra purement et simplement.

On aurait aussi bien pu jeter le livre par la fenêtre, ça n'aurait pas fait de différence. Pour décrire ce phénomène, les économistes parlent de perte de bien-être. Une perte particulièrement fréquente à l'époque de Noël, car beaucoup de gens ne connaissent pas les goûts des autres.
Imaginez un instant que vos cadeaux de l'année dernière ne vous aient pas été offerts mais que vous les ayez achetés. Combien auriez-vous dépensé pour les acquérir? Des étudiants interrogés sur le sujet pour une étude américaine ont été clairs: la plupart d'entre eux auraient nettement moins dépensé que ce que leurs cadeaux [fait par d'autres] ont réellement coûté.

  • Vraiment cher pour si peu
On observe une chute considérable de la rentabilité des cadeaux offerts par des gens qui nous aiment certes, mais qui finalement nous connaissent assez mal au quotidien. Nos parents par exemple. Ils ont les meilleures intentions du monde mais ne connaissent pas toujours nos goûts personnels. A cela s'ajoute le temps passé à trouver des cadeaux, et qu'il faudrait ajouter -toujours en termes économiques- à leur valeur globale.

Lorsque vous passez une heure dans une librairie à la recherche du beau livre idéal, vous perdez une heure durant laquelle vous auriez théoriquement pu travailler. Si vous êtes payé dix euros de l'heure pour travailler dans un bistrot, il faut donc aussi comptabiliser cette perte de revenu dans le prix du cadeau. La facture finit par être salée !


Par conséquent, si vous voulez à l'avenir faire des cadeaux économiquement efficaces, il vous suffit de glisser une enveloppe remplie de billets de banque au pied du sapin. Ce n'est peut-être pas très romantique mais ce cadeau-là ne perdra pas de valeur. A Taïwan, cette pratique est déjà répandue. Pour ceux qui n'aiment pas faire des cadeaux d'argent, il existe les bons d'achat. Eux non plus ne perdent pas leur valeur.

  • Faire plaisir ne suffit pas, il faut souffrir
Mais on peut encore aller plus loin. Une de nos premières erreurs est que nous essayons souvent de deviner ce que les autres aiment au lieu de nous appuyer sur nos propres compétences. C'est ainsi qu'étant professeur d'économie politique, je devrais essayer de trouver un bon livre d'économie pour mes amis. Le passionné de botanique devrait offrir une plante rare et l'amateur de vin une bonne bouteille.

Voilà des cadeaux que le destinataire non-initié passerait beaucoup plus de temps à dénicher que des spécialistes. La valeur absolue de ces cadeaux inclut aussi le gain de temps associé. Mieux encore, ce mécanisme écarte vos doutes sur le fait que le cadeau puisse en réalité valoir moins que ce qu'il a réellement coûté. Une autre solution consiste à choisir expressément des cadeaux que vous regretterez.

Oui, vous avez bien lu. Il faut souffrir pour faire plaisir! Et cela vaut d'autant plus pour les proches. Eh oui, si vous offrez un abonnement commun aux matchs du FC Köln alors que vous détestez le football, ou si vous offrez une journée de shopping- une activité qui vous fait horreur- à votre copine en votre compagnie, vous montrez aux gens combien vous les aimez. Regarde ! Je suis prêt à souffrir pour toi...

Les économistes appellent cela envoyer un signal. Cette opération (somme toute psychologique) peut même bénéficier à terme à l'acheteur du cadeau. Un résultat optimal, ne manquerait pas de souligner l'homo oeconomicus, cette engeance qui ne réfléchit que rationnellement.


          Source Courrier International

Photos: Robert Mapplethorpe

Un arrêt sur les travaux du photographe Robert Mapplethorpe


















Photos-Expo Mapplethorpe au Grand Palais


Expo Mapplethorpe au Grand Palais 

S’il y a bien des photos exceptionnelles au sens fort du terme, ce sont justement celles-là. (Attention, article avec des images #NSFW)

Mapplethorpe, c'est LE photographe PD SM du New York des années 1980, mort du sida en 1989. On a tous en tête ses photos de fleurs et de pénis: Man in a polyester suit par exemple: le portrait d’une bite noire qui sort de la braguette d’un mec en costard dont on ne voit pas le visage; ses photos de mecs, de pratiques et d’accessoires SM et son fameux autoportrait où on le voit de dos, en chaps, se rentrer un manche de fouet dans le cul et nous lancer un regard bien acéré par dessus l’épaule.
  
Dit comme ça, ça fait presque documentaire et c’est tant mieux. Je le fais exprès pour contrer l’habillage de l’expo, avec une scénographie made in France qui vise à tirer l’underground vers le haut, remplacer la subculture par la haute culture et canoniser le grand artiste. Je cite le dossier de presse:
«L'enjeu de cette expo est de montrer que Maplethorpe est un grand artiste classique.»
Pourquoi pas européen tant qu’on y est?
Du coup, on a droit dès l’entrée à toute une série de photos de sculptures grecques qui nous hissent hors de la boue new-yorkaise, des clubs SM et du Gay Liberation Front des années 1970. Hum. Et comme si ça ne suffisait pas, l’expo nous sort une section féminine compensatrice présentée comme indispensable: «les femmes de Mapplethorpe». Elles ne se bouculent pas au portillon, les femmes de Mapplethorpe. Ils en ont trouvé que deux: Patti Smith et la très obscure Lisa Lyon. Mais faut croire qu’elles comptent pour mille vu que ce sont «ses muses».
M'est avis que Mapplethorpe avait franchement d’autres sources d’inspiration. Mais, je cite le catalogue:
«Elles permettent d’aborder le thème de la féminité et de voir un aspect moins connu de l’œuvre.»
Alors c’est vrai que Patti Smith a passé pas mal de temps à traîner dans le Village et au Chelsea Hotel avec Mapplethorpe avant qu’il réponde à l’appel du sexe gay et sado maso. Elle le raconte très bien dans Just Kids, son livre sur leur relation et le New York des années 1960-70.
Mais justement, c’était avant Stonewall, leur bohème à deux. Et en matière de féminité, c’est drôle de voir que les autoportraits du photographe en drag –sublimes– comptent pour du beurre.

Le clou si l’on peut dire, c’est la section «Eros» –pas «Porno»– interdite aux moins de 18 ans et enkystée comme une darkroom au centre de l’expo. Pas trop grande, je vous rassure. C’est tout de même fascinant de voir que la bite au repos, c’est de l’art donc c’est ok dans les autres sections de l’expo mais qu’un sexe en érection va direct en enfer. Avec bien sûr toutes les photos SM mais attention, l’expo est fist free.


Or s’il y a bien des photos exceptionnelles au sens fort du terme, ce sont justement celles-là. Je pense notamment à Double fist fuck, [ci-contre] une photo de 1978, où l’on voit deux bras plongés dans le cul d’un homme. Ces photos visibilisent la nouvelle pratique sexuelle du XXe siècle inventée par les pédés.
Elles témoignent de la transformation radicale de la masculinité américaine dans les années 1970, affectée –pour ne pas dire infectée– par une subculture gaie qui a fait naître un puissant sentiment collectif. Ce n’est pas pour rien qu’elle détourne les grands classiques de la virilité nationale avec le cow-boy et les chaps pour le cul. Comme le rappelle la sublime photo du cowboy, bite pendante, Victor Huston de 1979. Ce que je trouve franchement problématique dans une expo au Grand Palais, surtout quand on connaît son directeur.
Maintenant vous pouvez y aller! Il faut y aller parce qu’il y a quand même 250 photos dont les polaroïds qu’il faisait dans les années 1970. Perso, j’aurais aimé qu’il ait plus de ses collages aussi. Mais souvenez-vous que vous allez payer pour voir et ne pas voir.


Exposition Mapplethorpe à Madrid en 2007. REUTERS/Susana Vera


Source slate.fr

Dessins de presse


Dessins de presse

samedi 30 décembre 2017

Recettes de Fêtes-Guimauve


Guimauve

Préparation : 25 mn
Cuisson : 7 mn
Repos : 3 heures
Conservation : 10 jours dans une boîte hermétique à l’abri de l’humidité
Pour 10 cubes environ
70 g de pulpe de framboises
50 g de miel
240 g de sucre
15 g de gélatine
100 g de blancs d’œufs
1 g de colorant rouge
Sucre glace
Fécule
1. Faites ramollir la gélatine 5 minutes dans un bol d’eau froide.
2. Dans une casserole, faites cuire la pulpe de framboises avec le miel, le sucre et 4 cl d’eau jusqu’à ce que le sirop atteigne 114 °C (utilisez un thermomètre à sucre). Hors du feu incorporez la gélatine pressée entre vos mains.
3. Dans le même temps, montez les blancs d’œufs au batteur à petite vitesse. Incorporez doucement le sucre cuit. Augmentez la vitesse du batteur et continuez à battre jusqu’à ce que le mélange atteigne 40 °C. Ajoutez le colorant puis versez la guimauve dans un plat préalablement saupoudré d’un mélange composé à parts égales de sucre glace et de fécule.
4. Laissez la guimauve refroidir complètement à température ambiante pendant 3 heures avant de la démouler et de la détailler en cubes (ou autre forme). Roulez les dés dans un mélange sucre glace et fécule pour éviter qu’ils ne collent.

Recettes de Fêtes-Brie truffé


Brie truffé

Préparation : 15 mn
Cuisson : Sans
Réfrigération : 24 heures
Pour 6 à 8 personnes
1 belle pointe de brie de Meaux au lait cru à cœur mais non coulant (600 g)
1 truffe fraîche brossée ou 1 petit pot de brisures de truffe
100 g de mascarpone
Sel
Poivre
1. Coupez le brie bien froid en deux dans l’épaisseur. Mélangez la truffe râpée ou les brisures au mascarpone en le fouettant vivement pour l’assouplir. Salez et poivrez.
2. Étalez cette crème sur une moitié intérieure du brie. Recouvrez de l’autre moitié. Enveloppez le fromage dans deux épaisseurs de film alimentaire.
3. Placez 24 heures au réfrigérateur. Sortez le brie du réfrigérateur 1 heure à l’avance. Servez-le avec des tranches de pain de campagne grillées.

Recettes de Fêtes-Sorbet vodka et poivre Sarawak


Sorbet vodka et poivre Sarawak

Préparation : 10 mn
Cuisson : 2 mn
Pour 50 cl de sorbet

150 g de miel d’acacia
10 cl de vodka Dubrowska
½ citron
¼ orange
1 cuillerée à café rase d’agar-agar
Poivre Sarawak
1. Prélevez les zestes de citron et d’orange. Coupez-les finement. Versez 35 cl d’eau dans une casserole. Ajoutez le miel et les zestes. Faites tiédir. Incorporez l’agar-agar, mélangez.
2. Portez le liquide à ébullition. Laissez infuser 10 minutes. Retirez les zestes, réservez. Pressez le demi-citron, ajoutez la vodka, puis l’infusion. Donnez plusieurs tours de moulin de poivre Sarawak.
3. Versez la préparation dans une sorbetière. Lorsqu’il est prêt, recueillez le sorbet. Décorez avec les zestes. Si vous ne l’utilisez pas tout de suite, entreposez le sorbet dans une boîte hermétique au congélateur.

Servez ce sorbet avec du caviar ou encore des poissons fumés (saumon Label Rouge, truite, anguille, flétan, hareng).
L’agar-agar, gélifiant à base d’algues, sert ici de liant. On peut le remplacer par de la gélatine en poudre.

Avis sur les épices :
Le poivre Sarawak apporte son extraordinaire arôme de baies boisée et brûlante encore imprégnée d’herbes sèches. Celles-ci s’étirent longuement en bouche au contact de la vodka. Les zestes d’agrumes amplifient ces échanges.

Recettes de Fêtes-Spaghettis aux truffes noires


Spaghettis aux truffes noires

Préparation : 10 mn
Cuisson : 15 mn
Pour 4 personnes 
320 g de spaghettis fins
50 g de truffes noires de Norcia
2 anchois au sel
5 cuillerées à soupe d’huile d’olive
1 gousse d’ail
Sel
Poivre
1. Dans une grande casserole d’eau salée portée à ébullition, faites cuire les spaghettis al dente. Égouttez-les légèrement et conservez l’équivalent d’une louche d’eau de cuisson.
2. Entre-temps, nettoyez délicatement les truffes sous l’eau tiède, à l’aide d’une petite brosse, puis coupez-les en fines lamelles. Pelez et écrasez la gousse d’ail. Rincez les anchois, retirez les arêtes et coupez les filets en morceaux.
3. Chauffez l’huile dans une petite casserole et faites revenir l’ail, que vous retirerez dès qu’il aura blondi. Retirez la casserole du feu, mettez-y les morceaux d’anchois puis, après l’avoir remise sur feu doux, mélangez avec une cuillère de bois pour défaire les anchois pour défaire les anchois. Ajoutez les lamelles de truffe et mélangez soigneusement. Après 2 à 3 minutes, assaisonnez d’une pincée de sel si besoin (les anchois sont très salés) et d’une bonne pincée de poivre, puis retirez du feu.
4. Égouttez les spaghettis en leur laissant un peu d’eau de cuisson, puis versez-les dans un plat de service en les mélangeant avec la sauce.

Vous pouvez coupez les truffes d’abord en lamelles puis en bâtonnets.

Recettes de Fêtes-Pâtes à la vodka


Pâtes à la vodka

Préparation : 5 mn
Cuisson : 25 mn
Pour 4 personnes 
320 g de pâtes du type « fusilli » ou «  hélices »
400 g de petites courgettes
1 bouquet de fines herbes
1 gousse d’ail
2 cuillerées à soupe de vodka
4 cuillerées à soupe d’huile d’olive vierge
Sel et poivre blanc
1. Lavez les courgettes, enlevez les extrémités et coupez-les en tranches fines ; dans la poêle, faites-les revenir dans l’huile avec l’ail entier que vous éliminerez par la suite ; salez et poivrez.
2. Égouttez les courgettes, arrosez-les de vodka et laissez évaporer rapidement.
3. Faites cuire les pâtes dans une grande quantité d’eau salée, égouttez-les quand elles sont al dente et mettez-les dans la poêle avec les courgettes ; mélangez délicatement, ajoutez un peu de poivre, puis mettez-les dans les assiettes.
4. Saupoudrez de fines herbes coupées en morceaux et servez immédiatement.

vendredi 29 décembre 2017

jeudi 28 décembre 2017

Recettes Galettes des rois-Galette des rois briochée

Galette des rois briochée

Préparation : 20 mn
Repos : 2 heures 15 mn
Cuisson : 40 mn
Pour 4 personnes
200 g de fruits confits
250 g de farine
10 g de levure de boulanger
1/3 de verre de lait
3 cuillerées à soupe de sucre en poudre
½ cuillerée à café de sel
125 g de beurre mou
3 œufs entiers
1 jaune d’œuf
1 cuillerée à soupe de fleur d’oranger
1 fève
1. Délayez, dans une terrine, la levure de boulanger avec 1/3 de verre de lait. Ajoutez 3 cuillerées à soupe de sucre, le sel et la moitié de la farine, afin d'obtenir une pâte très molle.
2. Couvrir la terrine d'un torchon et laissez gonfler 15 mn dans un endroit tiède.
3. Une fois que la pâte à gonflé, incorporez les œufs un par un.
Entre chaque œuf, mélangez bien avec la main.
4. Ajoutez le beurre mou, le reste de la farine et l'eau de fleur d'oranger.
Battez vigoureusement à la main pour obtenir une pâte élastique.
5. Ajoutez les fruits confits, étirez la pâte plusieurs fois et insérez la fève.
6. Beurrez le moule, versez-y la pâte jusqu’au 2/3 du moule. Couvrez d’un torchon et laissez lever dans un endroit tiède pendant 2 heures, la pâte doit atteindre le haut du moule.
7. Préchauffez le four à 180 °C (th. 6-7).
8. Badigeonnez à l'aide d'un pinceau, le jaune d'œuf sur la pâte.
9. Enfournez pendant 40 minutes.

Recettes Galettes des rois-Galette des rois aux pommes

Galette des rois aux pommes


Préparation : 20 mn

Cuisson : 45 mn

Pour 8 personnes

2 rouleaux de pâte feuilletée

5 pommes

5 cl d’eau

1 sachet de sucre vanillé

50 g de sucre en poudre

½ cuillerée à café de cannelle

50 g d’amandes en poudre

1 jaune d’œuf

1 fève

1. Préchauffez le four à 200 °C (th. 7-8).

2. Pelez, épépinez et coupez les pommes en morceaux. Faites-les cuire sur feu doux, à couvert pendant 20 min, jusqu'à ce que les pommes soient fondantes. Ajoutez un peu d'eau pour que le mélange n'accroche pas.

3. Ajoutez les sucres, la cannelle et l'amande. Mélangez bien. Laissez refroidir.

4. Déroulez la pâte feuilletée sur une plaque, étalez la compote et déposez la fève.

5. Couvrez la galette avec la deuxième pâte. Soudez les bords avec un peu d'eau ou de blancs d'œufs si nécessaire.

6. Badigeonnez le dessus de la galette avec le jaune d'œuf, à l'aide d'un pinceau.

7. Enfournez pendant 25 minutes. Servez tiède ou froid.

Recettes Galettes des rois-Galette des rois aux poires


Galette des rois aux poires

Préparation : 15 mn
Cuisson : 35 mn
Pour 8 personnes
2 rouleaux de pâte feuilletée
3 grosses poires Williams
80 g d’amandes en poudre
2 œufs entiers
1 jaune d’œuf
4 cl de crème liquide
75 g de beurre mou
75 g de sucre en poudre
1 cuillerée à soupe d’eau froide
1 jus de citron non traité
1 fève
1. Préchauffez le four à 200 °C (th. 7-8). Beurrez et farinez un plat à tarte.
2. Abaissez un rouleau de pâte feuilletée dans le plat à tarte puis piquez le fond de tarte à l’aide d’une fourchette.
3. Épluchez les poires puis découpez-les en deux dans le sens de la longueur. Épépinez-les puis découpez la chair en gros dés. Arrosez-les de jus de citron pour que les fruits ne noircissent pas.
4. Dans un saladier, fouettez le sucre en poudre avec le beurre ramolli et la crème liquide de façon à obtenir une préparation lisse et onctueuse. Ajoutez les œufs puis mélangez bien à l’aide d’une cuillère en bois.
5. Incorporez délicatement les amandes en poudre puis mélangez à nouveau jusqu’à obtention une préparation homogène.
6. Versez la préparation obtenue sur la pâte feuilletée. Répartissez par-dessus les gros dés de poires et insérez-y la fève.
7. Couvrez la galette avec la deuxième pâte. Soudez les bords avec un peu d'eau.
8. A l’aide d’un couteau, décorez la galette en faisant des quadrillages. Badigeonnez le dessus de la galette avec le jaune d'œuf, à l'aide d'un pinceau.
9. Enfournez pendant 35 minutes. Servez tiède ou froid.

Recettes Galettes des rois-Galette des rois à la frangipane

Galette des rois à la frangipane

Préparation : 20 mn
Cuisson : 20 mn
Pour 6 à 8 personnes
2 pâtes feuilletées
125 g d’amande en poudre
125 g de sucre en poudre
125 g de beurre mou
2 œufs entiers
1 jaune d’œuf
1 cuillerée à soupe de rhum
1 fève
1. Préchauffez le four à 200 °C (th. 7-8).
2. Travaillez le beurre mou avec le sucre jusqu'à ce que le mélange soit homogène et mousseux. Ajoutez la poudre d'amandes, les 2 œufs et le rhum. Mélangez bien.
3. Déroulez la pâte sur la plaque du four en conservant la feuille de cuisson.
4. Garnissez le centre avec la frangipane et étalez-là jusqu'à 2cm du bord. Déposez la fève.
5. Recouvrez avec la deuxième pâte feuilletée. Soudez les deux pâtes en pressant le tour avec vos doigts, puis retournez le bord comme un ourlet en le pressant. Marquez le bord avec les dents d'une fourchette.
6. A l'aide d'un pinceau, badigeonnez la surface de la galette avec le jaune d'œuf dilué dans un peu d'eau froide. Avec la lame d'un couteau, dessinez des croisillons sur le dessus. Piquez légèrement la pâte pour éviter qu'elle ne gonfle trop.
7. Enfournez pendant 20 minutes et dégustez tiède.

Recettes Galettes des rois-Galette des rois aux poires et noisettes

Galette des rois aux poires et noisettes

Préparation : 15 mn
Cuisson : 25 mn
Pour 6 personnes
2 rouleaux de pâte feuilletée
1 jaune d’œuf
6 poires
3 œufs
125 g de noisettes en poudre
80 g de sucre en poudre
40 g de beurre
1 fève
1. Préchauffez le four à 200 °C (th. 7-8).
2. Pelez et coupez les poires en cubes.
3. Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez la poudre de noisettes, le beurre fondu et les poires.
4. Déroulez la première pâte feuilletée sur une plaque, étalez la garniture et déposez la fève. Couvrez la galette avec la deuxième pâte. Soudez les bords avec un peu d'eau ou de blancs d'œufs si nécessaire.
5. Striez le dessus de la pâte avec un couteau et badigeonnez le dessus de la galette avec le jaune d'œuf, à l'aide d'un pinceau.
6. Enfournez pendant 25 minutes. Servez tiède ou froid.