mercredi 19 septembre 2018

Billets-Que cache l’affaire Benalla ?


Que cache l’affaire Benalla ?

Si l’affaire Benalla occupe la scène médiatique, c’est aussi parce qu’elle occulte des problèmes politiques plus importants.



Que cache l’affaire Benalla ? Que sait Benalla qui ne doive pas être connu de tous ? Comment expliquer les attaques concertées et choquantes contre la commission sénatoriale qui a décidé de l’auditionner ce 19 septembre ?

J’évoque ce feuilleton qui n’en finit pas et qui, paradoxalement, est plus nourri par ceux qui s’opposent à un approfondissement de la vérité (détaché du processus judiciaire) que par d’autres qui légitimement y aspirent. Parce que probablement la catastrophique gestion de ce dossier — et Benalla lui-même n’a pas manqué d’y mettre du sien — est l’une des causes de la baisse très nette du président dans les sondages.

Il en est d’autres sans doute plus sérieuses.

L’IMPATIENCE DES FRANÇAIS
L’impatience des Français face aux résultats économiques et sociaux qui tardent à venir. La croissance guère revigorée, le chômage qui ne régresse pas.

Une politique internationale qui, sur le plan européen, se contente d’opposer trop facilement les progressistes aux populistes qui seraient le diable avec cette difficulté quasiment insurmontable qu’ils sont peut-être majoritaires et qu’il est vain de vouloir donner des leçons éthiques à des gouvernants soutenus par leur peuple.

Par ailleurs, si la France a retrouvé son rang, elle n’est pas écoutée au point de convaincre et pèse peu sur la marche du monde. De l’erratique Trump au dur et cynique Poutine, sans oublier la stratégie finement impérieuse de la Chine, l’univers ne semble pas avoir besoin de nous. On peut louer les efforts du président pour exister, mais trop de paramètres — notamment nos faiblesses internes — nous font perdre du crédit.

Je ne suis pas persuadé que pour les registres judiciaire et sociétal, Emmanuel Macron se soit résolu à être autre chose qu’un intellectuel de gauche avec une idéologie compatissante et des poncifs constituant l’humanisme comme une morale désarmée.

À cet inventaire rapide dont le caractère subjectif ne m’échappe pas, est-il bien utile d’ajouter cette Fête de la musique décalée et déplacée, la consécration scandaleuse de Philippe Besson, ami du couple Macron, les carences de certains ministres et tout ce qui est venu depuis quelques mois assombrir une lumière qui avait suscité de l’espoir ?

RESTER ÉQUITABLE
Cette vision critique n’est pas, chez moi, contradictoire avec une approche équitable de tels propos et actes du président qui font l’objet d’une analyse sommaire. Comme si une partialité médiatique se devait d’être définitive et que plus rien ne trouverait grâce aux yeux non seulement des journalistes mais plus gravement de citoyens d’autant plus sévères maintenant qu’ils avaient été enthousiastes avant.

Je récuse, en particulier, cette appréhension globale et négative d’une personnalité pourtant complexe. Est-il au-dessus des forces médiatiques et démocratiques de ne pas tout mettre au même niveau et de ne pas appréhender également des saillies et dialogues opératoires et utiles d’un côté et des vulgarités rares et donc d’autant plus remarquées de l’autre ?

J’ai déjà écrit, pour les défendre, sur les premiers en les percevant comme l’expression d’une sincérité lassée de sa complexité obligatoire et officielle et proférant crûment le verbe républicain (notamment billet du 28 octobre 2017 : « République des mots justes, démagogie des mots doux…« ).

J’ai dénoncé en revanche les secondes dont l’exemple le plus regrettable a été ce « pognon de dingue » avec la familiarité du langage et la démagogie tenant à la médiatisation immédiate de ce débordement. Si on ne tente pas en permanence de séparer le bon grain et l’ivraie pour ce qui concerne les attitudes et interventions publiques d’Emmanuel Macron — dialogues improvisés (quand ils le sont vraiment !) ou non —, on ne comprendra rien à ce qu’il est et l’on noiera ce qu’il a d’exceptionnel dans un opprobre systématique et absurde.

LA DIGNITÉ PERSONNELLE
Quand le président de la République a rencontré le 15 septembre, dans les jardins de l’Élysée, un jeune chômeur âgé de 25 ans désirant travailler dans l’horticulture et qu’il lui a dit, sous forme de boutade (à prendre évidemment au figuré) « je traverse la rue et je vous en trouve du travail », il ne faut pas oublier l’échange qui précédait (BFMTV).

L’interlocuteur d’Emmanuel Macron s’était plaint d’avoir envoyé plusieurs CV sans obtenir de réponse dans son domaine de prédilection, et à juste titre le président lui avait rappelé qu’il y avait des formations et que dans le bâtiment, l’hôtellerie et la restauration, des emplois étaient à pourvoir. Ce n’était ni honteux ni méprisant, pas plus que d’indiquer que lui adresser un CV à lui ne servirait à rien. Pour trouver du travail il faut le chercher, se battre et considérer que tout vaut mieux que l’assistanat : question de dignité personnelle.

N’importe quelle réplique du président, alors que pourtant il est sollicité et qu’on lui reprocherait le mépris qu’une abstention de sa part pourrait révéler, est détournée de son sens véritable et on lui impute, comme une tare de sa personnalité, ce qui précisément en l’occurrence en est une richesse.
Ou alors la République est une nursery et l’espace démocratique un jardin où les citoyens seraient des enfants et le président condamné à dispenser des mièvreries. C’est d’ailleurs une déplorable tendance politique et médiatique que de s’effaroucher, telles des âmes fragiles, de petites empoignades ou de dérisoires affrontements. Un rien est qualifié de clash et bientôt on ira jusqu’à suspecter la moindre réplique d’être de trop !

Ce n’est pas une marque d’irrespect que d’appréhender le président en pièces détachées. C’est au contraire ne pas laisser le pire occuper toute la place et tout gangrener.

Je veux aussi sauver le meilleur.

Source contrepoints.org
Par Philippe Bilger.

Président de l'Institut de la parole, aujourd'hui magistrat honoraire, Philippe Bilger a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la cour d'assises de Paris. Il anime le site Justice au singulier.

Billets-Droits de succession : on grave le vol dans le marbre


Droits de succession : on grave le vol dans le marbre

L’impôt sur les successions constitue une violation caractérisée des droits de l’homme.

Les nuages s’accumulent depuis l’année dernière sur les successions. Après France Stratégie, l’OFCE ou encore le Conseil des prélèvements obligatoires, après la note au chef de l’État par trois économistes de gauche au mois de juin dernier, c’est au tour du délégué général de La République en marche d’appeler à une réflexion sur la réforme de l’impôt sur les successions. Il s’agirait de corriger les « inégalités de naissance » dans la transmission du patrimoine.

Certes, Emmanuel Macron a mis le holà en excluant formellement « toute modification des droits de succession sous sa présidence ». Le débat est-il clos pour autant ? En aucun cas. Si le Président a tué dans l’œuf l’aggravation des droits de succession, il a signifié de manière tout aussi claire qu’il entendait graver dans le marbre la réglementation actuelle, aussi imparfaite soit-elle, non seulement durant son mandat actuel mais aussi durant son éventuel second et dernier mandat.

LA RÉFORME FISCALE SELON NOS ÉLITES
Toute cette affaire qui a agité le microcosme parisien est révélatrice, d’abord de l’état d’esprit de certains membres de nos « élites », ensuite de la manière dont sont abordées en France la réforme ou la révision de la fiscalité.

Sans doute le délégué général de La République en marche a-t-il cru faire montre d’un modernisme achevé en matière de droit de succession. Mais le temps long nous apprend que les conceptions de nos hommes de l’État se distinguent par leur grande continuité.

Sous l’Ancien Régime déjà, les juristes proches du roi de France, influencés par le droit romain, ont tenté de faire accroire que leur maître était le propriétaire des biens de ses sujets. Ainsi que le soulignait Alexis de Tocqueville, la Révolution française marqua paradoxalement une continuité plutôt qu’une rupture. Sous nos républiques successives, le droit de propriété est devenu un octroi de l’État alors que la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen en faisait un droit consubstantiel à l’homme en 1789.

L’IMPÔT DEVENU INSTRUMENT DE REDISTRIBUTION
L’impôt n’est plus depuis longtemps la contribution mesurée au fonctionnement des pouvoirs publics, selon l’expression traditionnelle, « il y a des dépenses : il faut les couvrir ». L’impôt s’est transformé à compter des premières décennies de la Troisième République, sous l’influence du solidarisme et du républicanisme : il est devenu un instrument de redistribution des richesses par le truchement d’un interventionnisme tous azimuts de l’État. Celui-ci, dans sa grande largesse, consent à nous laisser une part, de plus en plus réduite, de nos revenus.

Il en est de même en matière de successions. Rappelons au préalable que l’individu ne peut librement choisir ses héritiers et donataires, mais qu’il se trouve contraint par les règles drastiques du Code civil depuis 1804, ce que Tocqueville regrettait. Là encore, l’État consent à laisser à l’individu une part disponible de donation ou d’héritage. Autrement dit, nos revenus et nos propriétés ne nous appartiennent pas vraiment.

En substance, –et il faut le marteler car ceci n’est presque jamais souligné–, l’impôt sur les successions constitue une violation caractérisée des droits de l’homme. Il représente également une atteinte aux valeurs familiales que notre État-providence s’efforce de détruire petit à petit, car nous ne saurions avoir d’autre famille que notre « État-nounou ».

L’EXCEPTION FISCALE FRANÇAISE
Les projets divers et renouvelés de taxation supplémentaire des donations et successions sont d’autant plus inadmissibles que l’« exception française » frappe encore. En effet, notre pays s’enorgueillit déjà d’être le champion du monde des prélèvements obligatoires et des prélèvements sociaux. Il connaît déjà l’un des taux marginaux d’impôt sur les successions en ligne directe le plus élevé, soit 45 %.

Notre pays connaît également un abattement très faible, réduit encore il y a quelques années à 100 000 €, une somme à comparer au plus de 11 M$ d’abattement aux États-Unis. Ajoutons que l’impôt sur les successions a été supprimé par nombre de nos voisins ces dernières années, des pays qui n’étaient pourtant pas versés dans le libéralisme pour la plupart, mais au regard de la concurrence fiscale et de la lutte contre l’exil des classes moyennes supérieures.

La nécessaire réforme de notre fiscalité complexe et confiscatoire mérite une réflexion de fond plutôt qu’un ballon d’essai lancé à l’emporte-pièce pour tester l’opinion publique. Elle mérite mieux que de flatter les bas instincts des Français en faisant une nouvelle fois miroiter, pour des motifs bassement électoraux, une chasse aux « riches ».

Source contrepoints.org
Par Jean-Philippe Feldman.

Jean-Philippe Feldman est professeur agrégé des facultés de droit et maître de conférences à SciencesPo. Avocat à la Cour de Paris, il est aussi l'un des principaux contributeurs du Dictionnaire du libéralisme (Larousse, 2012).

mardi 18 septembre 2018

Infos santé : Sport et Santé-L’aquabike


L’aquabike 

Kinésithérapeute, j’ai testé pour vous ce sport qui combine les bienfaits de l’eau et du vélo. Plus besoin de graisser les chaînes et finis les déraillages ! Vous allez comprendre qu’avec un peu d’huile de coude, vous pouvez sculpter votre silhouette tout en améliorant vos performances ! Pourquoi aller mettre un vélo dans l’eau ? Cela peut paraître curieux, original… Essayez et vous l’adopterez !

Par Delphine Le Porquier, kinésithérapeute.

Ce sport a été mis en place par des rééducateurs italiens dans les années 1990 pour aider leurs patients à se remuscler tout en diminuant les contraintes articulaires. Pas bête, non ? Comment ça marche ? Plusieurs « vélos d’appartement spéciaux » sont installés au fond de la piscine. Vous êtes immergée jusqu’à la taille et vous pédalez sur une musique entraînante, guidée par un coach. Il n’y a pas de roue, ni de chaîne, juste des pales qui sont ajustées en fonction du degré de difficulté souhaité.

NOMBREUX SONT LES BIENFAITS DE CE SPORT !
Peu de contraintes sur vos articulations et sur votre cœur ! Grâce à la poussée d’Archimède et à la position assise, vous êtes portée par l’eau et vos articulations souffrent moins !
À bas la peau d’orange ! La cellulite est une couche de 5 millimètres située sous la peau. Elle est naturelle et toutes les femmes en ont. Ce que vous trouvez disgracieux Mesdames, c’est quand cette fine couche est poussée vers la surface par la graisse sous-jacente (cellules adipeuses ou adipocytes). Quand les cellules qui retiennent la graisse sont présentes en trop grande quantité, la cellulite est poussée vers la surface. Visualisez une multitude de petits sacs remplis et accrochés les uns aux autres : cela forme la «peau d’orange». On ne fait pas «partir » la cellulite, on libère la graisse emprisonnée dans les cellules qui la retiennent. La contraction des muscles demande de l’énergie qui est obtenue en brûlant les graisses. Le drainage favorise l’élimination des capitons ! La peau est massée par l’eau : c’est une aide supplémentaire !
Stimulation du drainage lymphatique ! Les vaisseaux lymphatiques sont répartis à la surface du corps et permettent d’éliminer les gros déchets de l’organisme que le sang ne peut pas véhiculer. Ce circuit ne possède pas de pompe (comme le cœur pour le circuit sanguin). Ce sont les mouvements du corps qui permettent d’irriguer l’ensemble du corps. Quand le système dysfonctionne, il y a création d’un œdème ! Quand vous pédalez, la pédale crée un courant ascendant qui stimule la circulation lymphatique. Amélioration du retour veineux ! La circulation veineuse est également optimisée grâce aux mouvements des chevilles et à la contraction des mollets durant l’effort. Cela créé un pompage des veines qui sont à l’arrière des mollets et qui ramènent le sang vers le cœur. Cette action est optimisée avec le couple gagnant : « chaussons + cale-pieds », favorisant la contraction-décontraction de ces muscles à chaque tour de pédale !
Optimisation du travail musculaire ! Vous allez renforcer vos muscles sans prendre de volume musculaire (comme les haltérophiles ou bodybuilders). Ainsi, vous gagnez en force musculaire tout en gardant des muscles longilignes. Avec l’aide de l’eau, de ses massages et du drainage, vous n’aurez pas de courbatures !
Amélioration des performances ! Pendant la séance, vous effectuez ce qu’on appelle du « fractionné », c’est-à-dire une alternance de pédalage lent et rapide. Vous optimisez ainsi votre VO2max : le volume maximum d’oxygène que vous pouvez utiliser par minute d’exercice. Les triathlètes et les hockeyeurs sur glace l’ont bien compris ! Pendant la période hivernale, les intempéries rendent difficiles d’accès les sorties vélo. Ainsi, ces derniers restent au chaud tout en améliorant leurs performances sportives ! Alors, pourquoi pas vous ?

Formule 1 : cours en piscine municipale. Comptez le prix d’une séance (6€) et le droit d’entrée (3€). Les cours se font en groupe avec un prof, et parfois avec une alternance entre l’aquabike et l’aquagym. Attention cependant, plus il y a de monde, moins le coach peut vous corriger. Parfois, vous complétez ce cours par un peu de musculation car vous sortez vous-même vos vélos de l’eau !
Formule 2 : vélos en libre accès dans les piscines municipales. Certaines piscines ont à disposition des vélos dans un coin du bassin. Inutile de préciser que ceux-ci sont pris d’assaut. Cette formule est la moins chère (compter le prix de l’entrée), mais vous n’avez ni encouragement, ni encadrement.
Formule 3 : cours en baignoire individuelle avec un coach. Les séances sont prises sur rendez-vous, vous êtes encadrée par un coach qui rythme la séance. Vous n’avez pas un groupe qui vous motive, mais un bon coach peut largement pallier ce manque ! Parfois, on vous propose la formule sans coach, cela revient au même que dans la formule 2, mais vous payez beaucoup plus cher !
Formule 4 : cours dans votre piscine, à domicile. «Avec des « si », on pourrait mettre Paris en bouteille»… Si vous avez une piscine personnelle, si vous avez un vélo spécial pour l’aquabike et si vous pouvez vous le permettre financièrement, le coach peut se déplacer chez vous. Comptez 40 à 90 € de l’heure. Vous aurez une séance adaptée personnellement à vos besoins et vous serez bien encadrée !
Formule 5 : cours dans votre piscine, avec un DVD. De même que pour la formule 4, il vous faut une piscine, un vélo spécial pour l’aquabike et surtout une grosse dose de motivation. Si vous êtes régulière dans votre entraînement, cette formule devient peu chère. Votre position n’étant pas corrigée, vous risquez cependant de vous faire mal au dos et aux genoux.
Formule 6 : cours dans les salles de sport à la mode. Les salles de sport munies de piscines proposent parfois des cours d’aquabike. Si vous êtes une adepte de ces centres et que vous y pratiquez de nombreux sports, la formule est intéressante. Le prix de la séance est inclus dans votre forfait. Vous aurez une ambiance de groupe et suivant le nombre de participants, un encadrement plus ou moins attentif.
Formule 7 : cours dans un centre dédié à l’aquabike. Last but not least… Hormis le budget à prévoir (25 à 35 € la séance), vous êtes dans un centre qui ne propose que de l’aquabike, ce qui vous permet d’avoir face à vous des coaches hyper motivés et très professionnels. Les séances durent de 30 et 45 minutes. Vous alternez musculation et cardio. Si vous avez bien suivi la séance, vous ne demanderez pas une minute supplémentaire ! Plusieurs critères vous feront choisir une formule plus qu’une autre. Le prix est l’élément déterminant pour les petits budgets. L’encadrement est un facteur sur lequel je souhaite vous mettre en garde. Il est important de bien se positionner lors des séances afin de ne pas mettre en péril votre dos et vos genoux quand vous sculptez votre silhouette.

QUID DE LA BONNE POSITION
« Position de base »
Quand vous êtes assise sur le vélo avec les jambes tendues, vos genoux doivent former un angle de 30°. La ligne du bassin et celle de vos épaules doivent rester à l’horizontale et parallèles l’une à l’autre. C’est en veillant à maintenir ce parallélisme que vous travaillez les abdominaux obliques. En effet, maintenir cette position demande un effort musculaire. Le bas du dos ne doit pas être cambré et pensez à serrer le périnée lors des sprints ! Comment faire ? Comme quand vous vous retenez d’uriner : c’est le fameux muscle « pipi-stop ». Ce dernier est utile pour protéger le plancher pelvien et éviter qu’une contraction abdominale trop forte ne pousse vos viscères vers le bas, provoquant à la longue, fuites urinaires et descente d’organes. Maintenez-le regard bien droit, comme si vous fixiez un point à l’horizon, cela facilitera votre concentration dans les moments difficiles, tout en préservant vos cervicales. Mesdames, faites ressortir vos atouts, poussez le thorax en avant ! Non pas pour avoir fière allure, mais pour ouvrir vos épaules, et protéger le haut de votre dos en fixant vos omoplates. Vous éviterez ainsi douleurs de dos et tendinites d’épaules.
« Position en danseuse »
Veillez à ne pas bouger votre bassin ni vos épaules. Pour cela, aidez-vous des bras à mesure que les jambes pédalent. Gardez la tête dans le prolongement du dos et levez légèrement votre regard. Là aussi, il faut pousser la poitrine en avant et ne pas laisser la tête rentrée dans les épaules !
« Position en arrière de la selle »
Vous êtes dans l’eau donc vous êtes moins lourde. Vous vous tenez au vélo grâce à vos bras tendus donc attention, encore une fois, à pousser la poitrine en avant pour ne pas enrouler les épaules et faites en sorte que votre corps ne bouge pas d’un pouce ! Vous travaillerez d’autant plus vos muscles, tout en protégeant votre dos !
« Le matériel indispensable »
Une grande bouteille d’eau ! Buvez avant de manière à bien hydrater votre corps pendant la journée et éviter les crampes, surtout lors du pédalage en arrière ! Une bouteille d’eau doit être à portée de main pendant le cours. Il vaut mieux boire souvent quelques gorgées plutôt qu’une seule fois abondamment. Des chaussons spéciaux, pas toujours fournis, sont nécessaires pour protéger les pieds.

DÉROULEMENT DE LA SÉANCE
La séance commence par un échauffement qui augmente progressivement la fréquence cardiaque. La présence de l’eau et sa température permettent un échauffement plus court qu’un sport pratiqué « à sec ». La séance en musique alterne des exercices de pédalage classique, en danseuse ou en arrière de la selle. Le rythme est soutenu et vous travaillez sur un mode « fractionné » : alternance de pédalages lents et rapides qui améliorent vos performances physiques ! Pour récupérer sur le plan cardio, le coach propose des exercices de musculation du haut du corps avec des haltères ou avec la résistance de vos bras. La fin de la séance est dédiée aux étirements. Cette partie n’est que trop courte : c’est bien dommage ! Il faut sensibiliser les sportifs aux étirements nécessaires à la récupération musculaire. Demandez au coach, pendant ou après la séance, de vous montrer comment vous étirer. L’idéal est de se concentrer sur les 4 groupes musculaires principaux : fessiers, quadriceps, ischio-jambiers et mollets. Si vous avez travaillé les bras, étirez bien vos triceps. Je suis conquise par ce sport très complet qui permet de travailler vos muscles et votre endurance ; le tout en peu de temps et de manière très efficace. En plus, ça efface la cellulite… Que demander de plus ? Alors Mesdames… À vos vélos… Prête… Pédalez !

L’aquabike est-il accessible à tous ? 
Y a-t-il des contre-indications ?

Ulrik Doucet-Barraud, coach sportif, vous répond !

« Homme ou femme, sportif invétéré ou débutant, l’aquabike peut être pratiqué par toute personne ne souffrant pas de problèmes cardiaques. L’effort fourni est bien plus intense que pour une séance de piscine ou de vélo traditionnelle, car l’eau offre une certaine résistance. Mais grâce à son effet massant sur les muscles, le corps perçoit l’exercice comme étant plus agréable et beaucoup moins difficile. »


Source SantéSportMag

Billets


Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

lundi 17 septembre 2018

Recettes Anti-cholestérol-Soupe aux carottes et au céleri-rave



Soupe aux carottes et au céleri-rave


Préparation : 15 mn
Cuisson : 35 mn 

Pour 4 personnes 
600 g de carottes
400 g de céleri-rave
1cuillerée à café de sucre
Sel et poivre

1. Versez 1 litre d’eau dans une casserole. Salez et portez à ébullition.
2. Pendant ce temps, grattez les carottes, coupez-les en quatre et recoupez-les en morceaux. Jetez-les dans l’eau bouillante.
3. Pelez le céleri et coupez-le en tranches de 1 cm d’épaisseur. Ajoutez-les aux carottes. Couvrez et laissez cuire 30 minutes à partir de la reprise de l’ébullition, jusqu’à ce que les carottes soient juste cuites.
4. Mixez le contenu de la casserole. Ajoutez le sucre et du poivre, puis mélangez.
Versez dans les bols et servez chaud.


Cette soupe riche en bêtacarotène et parfaitement diététique est recommandée pour les régimes anti-cholestérol.


L'apport énergétique de la carotte crue est de 31 kilocalories par 100 g. Contient 90 % d'eau, 1 % de protéines, 0,2 % de lipides et jusqu'à 4,5 % de sucre. Les carottes sont riches en Bétacarotène (provitamine A). Avec 25 g on couvre plus de la moitié du besoin quotidien de vitamine A). La teneur moyenne en vitamine C est de 7 mg par 100 g. Elle contient aussi de la vitamine B1 et B2.


Les minéraux apportés sont principalement du calcium, magnésium, potassium et fer. La teneur en fibres alimentaires est importante. Celles-ci sont composées en majorité de pectine et de cellulose.


Par portion
112 kcal – 468 kj
Protides : 3.8 g
Lipides : 0.6 g
Glucides : 23 g
Acides gras saturés : 0 g
Cholestérol : 0 g




Recettes Anti-cholestérol-Champignons en marinade provençale



Champignons en marinade provençale

Préparation :
5 mn
Cuisson :
20 mn
Marinade : 4 h
Pour 4 personnes
400 g de champignons de Paris miniatures surgelés
1 cuillerée à soupe de concentré de tomates
2 cuillerées à soupe de madère
2 cuillerées à soupe de vinaigre de xérès
Quelques gouttes de Tabasco
1 feuille de laurier
1 pincée d’herbes de Provence

1. Mettez les champignons encore surgelés dans une casserole et faites-les chauffer 5 minutes à feu vif en remuant à plusieurs reprises.
2. Ajoutez aux champignons le concentré de tomates, le madère, le vinaigre, le Tabasco, le laurier et les herbes de Provence et mélangez bien.
3. Portez à ébullition et laissez cuire à feu moyen pendant 10 minutes, sans couvrir, jusqu’à ce que les champignons soient juste tendres.
4. Versez le contenu de la casserole dans un ravier, ôtez le laurier, laissez refroidir, puis mettez le ravier dans le réfrigérateur et laissez mariner 4 heures au moins.
Servez frais.


Cette entrée est parfaitement diététique et ne vous apportera ni cholestérol, ni acides gras saturés. Les champignons de Paris contiennent très peu de calories. Profitez-en !


Par portion
45 kcal – 188 kj
Protides : 4.5 g
Lipides : 0.3 g
Glucides : 6 g
Acides gras saturés : 0 g
Cholestérol : 0 g



Recettes anti-cholestérol-Pâtes à la grecque


Pâtes à la grecque

Préparation : 15 mn
Cuisson : 50 mn
Pour 4 personnes
300 g de petites pâtes dites « grains de riz »
1 kg de tomates
2 gousses d’ail
2 oignons
1 branche de céleri
1 feuille de laurier
2 branches de thym
2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
3 pincées de cannelle
Sel et poivre
1. Ebouillantez les tomates, pelez-les et coupez-les en morceaux. Pelez l’ail et hachez-le. Epluchez-les oignons et hachez-les finement.
2. Mettez une cuillerée à soupe d’huile à chauffer dans une casserole à fond épais et faites-y blondir les oignons. Ajoutez les tomates, l’ail, le céleri, le laurier et le thym, salez, sucrez, puis poudrez de cannelle et versez 75 cl d’eau. Couvrez et laissez cuire 30 minutes à feu doux.
3. Après 30 minutes de cuisson, retirez le céleri, le laurier et le thym. Jetez les pâtes dans la sauce tomate et laissez cuire environ 20 minutes.
4. Arrosez avec le reste de l’huile et servez bien chaud.

Les pâtes, lorsqu’elles ne sont pas aux œufs, sont conseillées dans le régime anti-cholestérol. Les proportions données ici sont pour un plat complet. Pour un accompagnement, divisez les quantités par deux.

Par portion
478 kcal – 1998 kj
Protides : 13 g
Lipides : 18 g
Glucides : 66 g
Acides gras saturés : 2 g
Cholestérol : 0 g


Recettes Anti-cholestérol-Soupe au potiron



Soupe au potiron

Préparation :
10 mn
Cuisson :
35 mn

Pour 4 personnes
1 kg de potiron
200 g de céleri-rave
1 poignée de lentilles orange
1 oignon
2 gousses d’ail
Sel

1. Retirez les graines, les filaments et la peau du potiron, coupez la pulpe en cubes.
2. Pelez le cèleri-rave et coupez-le en morceaux.
3. Épluchez l’oignon et coupez-le en quatre.
4. Pelez les gousses d’ail et retirez le germe qui se trouve au centre.
5. Faites bouillir 70 cl d’eau mettez-y le potiron, le cèleri  l’oignon et l’ail. Salez et faites reprendre l’ébullition.
6. Quand l’eau bout de nouveau, ajoutez les lentilles, couvrez et laissez cuire 30 minutes.
7. Lorsque les légumes sont tendres, mixez la soupe, puis servez.


Le potiron est un légume riche en provitamine A (bêtacarotène) et en fibres douces, bien tolérées.

Les potirons se récoltent à complète maturité et se consomment cuits. Très légers en calories et concentrés en micronutriments, on peut les préparer de très nombreuses manières comme légume ou comme dessert : en soupe, en purée, en gratin, en tarte, en tourte, en confiture...., voire en glace.


Riche naturellement en β-carotène, sa densité nutritionnelle élevée en fait un légume à consommer régulièrement dans le cadre de la prévention des cancers ou des maladies cardio-vasculaires. La consommation de 150 grammes permet de couvrir la totalité des besoins quotidiens en provitamine.


Par portion
117 kcal – 489 kj
Protides : 8 g
Lipides : 0.6 g
Glucides : 20 g
Acides gras saturés : 0.1 g
Cholestérol : 0 g




Recettes anti-cholestérol-Purée de potiron


Purée de potiron

Préparation : 10 mn
Cuisson : 30 mn
Pour 4 personnes
1.2 kg de potiron
400 g d’oignons
50 g de riz rond
2 gousses d’ail
1 cuillerée à soupe de curry
Sel
1. Retirez les graines, les filaments et la peau du potiron et coupez la pulpe en gros cubes. Epluchez les oignons et coupez-les an quatre. Pelez l’ail, coupez les gousses en deux et ôtez le germe central.
2. Mettez le potiron, l’ail et les oignons dans une casserole à fond épais avec 20 cl d’eau et portez à ébullition.
3. Ajoutez le riz, mélangez, salez, couvrez et laissez cuire 30 minutes.
Egouttez le contenu de la casserole dans une passoire, puis mettez-le dans le bol du robot et réduisez-le en purée.
4. Ajoutez le curry et rectifiez l’assaisonnement, puis servez.

Les potirons se récoltent à complète maturité et se consomment cuits. Très légers en calories et concentrés en micronutriments, on peut les préparer de très nombreuses manières comme légume ou comme dessert : en soupe, en purée, en gratin, en tarte, en tourte, en confiture...., voire en glace.

Riche naturellement en β-carotène, sa densité nutritionnelle élevée en fait un légume à consommer régulièrement dans le cadre de la prévention des cancers ou des maladies cardio-vasculaires. La consommation de 150 grammes permet de couvrir la totalité des besoins quotidiens en provitamine.

Par portion
138 kcal – 577 kj
Protides : 3 g
Lipides : 2 g
Glucides : 27 g
Acides gras saturés : 0.1 g
Cholestérol : 0 g

Recettes anti-cholestérol-Pommes de terre aux cèpes


Pommes de terre aux cèpes

Préparation : 20 mn
Cuisson : 1 h
Pour 4 personnes
500 g de petites pommes de terre nouvelles
1 bocal de cèpes de 340 g, poids net égoutté
3 oignons nouveaux
3 cuillerées à soupe de jus de citron
2 cuillerées à café d’huile d’olive
2 cuillerées à soupe de persil haché
Sel et poivre
1. Faite chauffer le four à 170 ° C (th. 6).
2. Grattez les pommes de terre. Pelez les oignons, hachez-les et mettez-les dans un plat à four. Ajoutez les pommes de terre, salez-les, poivrez-les et arrosez-les de jus de citron et d’une cuillerée à café d’huile. Mélangez bien.
3. Ajoutez 5 cuillerées à soupe d’eau dans le plat, mettez au four et laissez cuire 1 heure.
4. Après 45 minutes de cuisson, versez le reste de l’huile dans une casserole à revêtement antiadhésif et badigeonnez-en le fond à l’aide d’un pinceau.
5. Egouttez les cèpes, versez-les dans la casserole et faites-les sauter à feu moyen 10 minutes.
6. Lorsque les pommes de terre sont cuites, mettez-les sue un plat, ajoutez les cèpes et le persil haché.
7. Mélangez et servir sans attendre.

Les pommes de terre contiennent des protéines, des minéraux (en particulier du potassium et du calcium) et de la vitamine C (on trouve plus de vitamines C dans les pommes de terre qui viennent d'être récoltées).

Bien que la teneur en protéines soit relativement faible, celles-ci sont de haute valeur nutritionnelle. On y trouve plusieurs acides aminés essentiels dont la lysine, le méthionine et le tryptophane. Les principales protéines sont l'albumine, la globuline, la prolamine et la gluténine. Les tubercules contiennent également des glycoprotéines.

Par portion
210 kcal – 877kj
Protides : 4.5 g
Lipides : 4 g
Glucides : 38 g
Acides gras saturés : 0.6 g
Cholestérol : 0 g


Recettes anti-cholestérol-Riz aux lentilles vertes


Riz aux lentilles vertes

Préparation : 10 mn
Cuisson : 50 mn
Pour 4 personnes
300 g de riz mi-complet
125 g de lentilles vertes
2 carottes
2 côtes de céleri
1 oignon
12 olives noires
2 cuillerées à soupe de jus de citron
1 cuillerée à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre
1. Grattez les carottes et coupez-les en dés. Lavez le céleri et coupez-le en lamelles. Pelez l’oignon et hachez-le.
2. Faites chauffer 1 litre d’eau, salez-la.
3. Mettez l’huile à chauffer dans une sauteuse et faites-y revenir l’oignon, le céleri et les carottes. Ajoutez le riz, mélangez jusqu’à ce qu’il devienne transparent, puis versez les lentilles et l’eau chaude. Couvrez et laissez cuire à feu doux environ 45 minutes, jusqu’à ce que toute l’eau soit absorbée et que le riz et les lentilles soient tendres.
4. Ajoutez les olives, poivrez, arrosez de jus de citron, mélangez et laissez chauffer quelques minutes.
5. Versez les légumes dans un plat et servez.

Le mélange de riz et de légumineuses (ici, des lentilles) est très intéressant sur le plan nutritionnel. De plus, ces légumes n’apportent pas de cholestérol. Ajoutez simplement un fruit ou une compote à ce plat complet.

Par portion
502 kcal – 2 098 kj
Protides : 14 g
Lipides : 14 g
Glucides : 80 g
Acides gras saturés : 1 g
Cholestérol : 0 g


Recettes anti-cholestérol-Bûche maltaise au Cointreau


Bûche maltaise au Cointreau

Préparation : 20 mn
Cuisson : sans
Réfrigération : 6 h
Pour 6 personnes
400 g de fraises
4 ou 5 oranges maltaises
4 feuilles de gélatine
2 cuillerées à soupe de Cointreau
1 cuillerée à soupe de jus de citron
1. Versez 10 cl d’eau froide dans une petite casserole. Mettez-y la gélatine et laissez-la tremper.
2. Pressez les oranges et mesurez 30 cl de jus. Lavez les fraises, épongez-les et équeutez-les.
3. Versez le Cointreau dans une louche, faites-le chauffer et flambez-le. Lorsque les flammes sont éteintes, ajoutez le Cointreau, puis le jus de citron, au jus d’orange.
4. Faites chauffer à feu très doux la casserole contenant la gélatine, en remuant constamment, jusqu’à ce que la gélatine soit dissoute, puis ajoutez-la au jus d’orange et mélangez.
5. Mettez 3 ou 4 fraises de côté. Coupez les autres en lamelles épaisses et disposez-les dans un moule cannelé allongé en forme de bûche, de 80 à 90 cl de contenance. Versez doucement dessus le mélange au jus d’orange et au Cointreau. Mettez dans le réfrigérateur et laissez prendre 6 heures.
6. Au moment de servir, trempez le moule 10 seconde dans de l’eau chaude et retournez-le sur un plat. Coupez le reste des fraises en lamelles et disposez-les sur la bûche.

Ce dessert, parfaitement diététique, ne vous apportera ni cholestérol, ni acides gras saturés. Profitez-en !

Par portion
56 kcal – 234 kj
Protides : 1.6 g
Lipides : 0.4 g
Glucides : 11.5 g
Acides gras saturés : 0 g
Cholestérol : 0 g

Recettes anti-cholestérol-Haricots verts froids


Haricots verts froids

Préparation : 10 mn
Cuisson : 35 mn
Pour 4 personnes 
400 g de haricots verts fins
500 g de tomates
2 oignons rouges
1 gousse d’ail
1 pincée de sucre
1 cuillerée à café d’huile de maïs
2 cuillerées à soupe de persil haché
Sel et poivre
1. Ebouillantez les tomates, pelez-les et hachez-les avec un couteau.
2. Epluchez les oignons et coupez-les en fines rondelles.
3. Pelez l’ail et passez-le au presse-ail.
4. Equeutez et effilez les haricots verts. Lavez-les et coupez-les en deux.
6. Faites chauffez l’huile dans une sauteuse à revêtement antiadhésif. Faites-y fondre l’ail et les oignons à feu doux 5 minutes puis ajoutez les haricots verts, les tomates, le persil, le sucre, du sel et du poivre. Mélangez, couvrez et laissez cuire 30 minutes à feu moyen.
5. Laissez refroidir 1 heure avant de servir.

Le haricot vert est un légume précieux dans la lutte contre le cholestérol. Les pectines qu’il renferme peuvent retarder l’absorption des sucres rapides et séquestrer une certaine quantité de cholestérol qui se trouve ensuite éliminé.

Les haricots verts se consomment cuits, la cuisson, à l'eau ou à la vapeur, étant très rapide comparée à celle des haricots secs. Ils peuvent se manger chauds, en accompagnement de plats de viande ou froids en salades.

Par portion
88 kcal – 368 kj
Protides : 1,3 g
Lipides : 3 g
Glucides : 14 g
Acides gras saturés : 0,2 g
Cholestérol : 0 g