vendredi 3 novembre 2017

Infos santé-Maladie de Crohn


Maladie de Crohn

  • Qu'est-ce que la maladie de Crohn ?
La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI). Au niveau du tube digestif, la maladie de Crohn provoque une inflammation et un épaississement des parois, ainsi que des ulcères et, parfois, des fissures et des perforations.

La maladie de Crohn est le plus souvent diagnostiquée chez de jeunes adultes mais elle est parfois observée chez des enfants et des adolescents. Les femmes sont un peu plus souvent touchées que les hommes.

  • Les symptômes de la maladie de Crohn
Évoluant par poussées dont la fréquence, la durée et la sévérité varient considérablement selon les patients, la maladie de Crohn se traduit principalement par des maux de ventre et des diarrhées qui peuvent persister plusieurs semaines. Lorsqu’elles durent, ces poussées peuvent entraîner fatigue, anémie, dénutrition et perte de poids. Les périodes de rémission entre les poussées peuvent durer quelques semaines, quelques mois, voire quelques années.

Les personnes qui souffrent de poussée de maladie de Crohn peuvent également présenter des rhumatismes articulaires, une inflammation de l’enveloppe des yeux ou de petits nodules fermes et rouges situés dans l’épaisseur de la peau. Ces symptômes non intestinaux traduisent un état d’inflammation générale du corps avec une tendance du système immunitaire à attaquer divers organes du patient.

  • Quelles sont les complications de la maladie de Crohn ?
Les complications de la maladie de Crohn peuvent être graves et justifient une surveillance régulière des personnes qui souffrent de cette maladie.

La colite aiguë grave se définit par la présence d’émission de selles sanglantes plus de six fois par jour, d’anémie, d’amaigrissement et de fièvre. Elle augmente le risque de perforation du gros intestin et de péritonite (l’infection de la cavité de l’abdomen).

Lorsque la maladie de Crohn est sévère, les parois de l’intestin s’épaississent ce qui réduit leur diamètre et peut provoquer des obstructions ou des occlusions intestinales : maux de ventre intenses, ballonnements, constipation, nausées, vomissements et, parfois, fièvre.

Les personnes qui souffrent de maladie de Crohn touchant le gros intestin ont un risque plus élevé de développer un cancer du côlon après quelques années de maladie. Un dépistage systématique de ce cancer par coloscopie est systématiquement mis en place.

  • Quelles sont les causes de la maladie de Crohn ?
La maladie de Crohn serait une maladie associant des facteurs génétiques (une prédisposition familiale) avec des facteurs environnementaux non identifiés. 

L’interaction entre ces facteurs amènerait le système immunitaire du patient à attaquer les cellules de la paroi du tube digestif. La maladie de Crohn serait donc une maladie dite « auto-immune » comme, par exemple, le psoriasis, la polyarthrite rhumatoïde ou la sclérose en plaques.

  • Comment soigne-t-on la maladie de Crohn ?
Aujourd’hui, la maladie de Crohn est une maladie dont on ne guérit pas définitivement. Le traitement de la maladie de Crohn vise à soulager les symptômes des poussées et à prévenir les rechutes et les complications. Il met en œuvre essentiellement deux familles de médicaments : anti-inflammatoires et immunosuppresseurs.

Les médicaments anti-inflammatoires (corticoïdes, parfois dérivés aminosalicylés) visent à réduire les symptômes de l’inflammation provoquée par une activité excessive du système immunitaire contre les cellules des parois de l’intestin. Les médicaments immunosuppresseurs (infliximab, adalimumab, azathioprine et méthotrexate) ont une activité plus spécifiquement ciblée sur les cellules du système immunitaire et leur activité.

Dans certains cas, les médicaments ne suffisent pas à contrôler la maladie de Crohn. Le traitement chirurgical de la maladie de Crohn consiste alors à enlever la partie de l’intestin à l’origine des complications, de traiter les abcès ou de supprimer les fistules.

  • Alimentation et maladie de Crohn
En général, les médecins recommandent d’exclure les fruits et les légumes, les épices et la caféine pendant les poussées. Pendant les poussées, il est intéressant de tenir un journal de son alimentation afin d’identifier d’éventuels aliments « aggravants » (la viande rouge, certaines céréales et les produits laitiers sont souvent cités). L’exclusion d’un aliment « suspect » pendant deux ou trois semaines permet de se faire une idée de la réalité de cette suspicion.

  • Tabac et maladie de Crohn
Le tabagisme augmente la sévérité des poussées de maladie de Crohn, leur fréquence, ainsi que la nécessité de recourir à la chirurgie. Les patients qui souffrent de maladie de Crohn ont tout intérêt à cesser complètement de fumer dès le diagnostic de la maladie.

  • Maladie de Crohn, aspirine et AINS
Lors de maladie de Crohn, mieux vaut éviter d’utiliser l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, diclofénac, acide niflumique, par exemple) qui peuvent aggraver leurs symptômes. Pour soulager des douleurs courantes, mieux vaut prendre du paracétamol.


Source : Vidal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire