dimanche 9 juillet 2017

Billets-Le bavardage bureaucratique de Macron


Le bavardage bureaucratique de Macron

Là où Emmanuel Macron nous avait promis la réforme, il ne fait que ressortir les plus vieilles recettes bureaucratiques.

Lors de son discours soporifique devant le Congrès, Emmanuel Macron a fait quelques annonces populaires pour cacher la vacuité générale du propos. Oui, il faut supprimer la Cour de justice de la République et baisser le nombre d’élus car la France compte 577 députés et 331 sénateurs alors que d’autres pays en comptent beaucoup moins.

Aux États-Unis, il y a 435 députés et 100 sénateurs pour une population de 325 millions d’habitants contre 66 millions en France ; en Allemagne, 630 députés et 69 sénateurs pour une population de 80 millions d’habitants. Mais au Parlement britannique il y a 650 membres et 760 pairs pour une population qui équivaut à celle de la France.

Ce qui n’a pas empêché le pays de se réformer. Le président aurait pu proposer la fin des privilèges de nos élus, leur système de retraite et le cumul des pensions notamment, et leur offrir en contrepartie davantage de moyens pour travailler. Les élus allemands et britanniques disposent de 3 ou 4 fois plus d’argent pour constituer leur équipe.

Aux États-Unis, un élu reçoit un budget 10 fois supérieur à celui qu’un parlementaire français ! Si l’on veut un Parlement fort et efficace, il faut donner de vrais pouvoirs aux députés. Et ce n’est pas l’instauration d’une dose de proportionnelle qui changera la donne. Pourquoi ne pas instaurer un scrutin majoritaire à un seul tour comme au Royaume-Uni ?

Enfin, pourquoi faire du CESE la « chambre du futur » alors que les rapports et les articles sur son coût et son inutilité se comptent par dizaines ? S’il avait voulu penser le futur, il aurait déjà pu le faire et ça se saurait !

Le discours de politique générale du Premier ministre a été dans la continuité de celui du Président. Au lieu d’entendre l’annonce de vraies réformes pour le redressement de la France, on a eu droit à deux annonces aussi concrètes que démagogiques : la vaccination obligatoire et la hausse du prix du tabac (malgré les hausses répétées dans le passé, la consommation de cigarettes n’a pas diminué).

Où est passée la baisse des dépenses publiques dans un pays qui dépense tous les ans 135 milliards d’euros de plus que l’Allemagne ? Quid du nombre de fonctionnaires – et de leur statut – alors que nous en avons 1.6 million de plus que la moyenne des pays membres de l’OCDE et 3 millions de plus que l’Allemagne (rapporté à la population) ?

Dire que la Sécurité sociale fait partie de notre patrimoine est un aveu d’inaction et un blanc-seing à la dérive des coûts. Les Allemands, les Suisses et les Néerlandais ont préféré ouvrir leur système de santé à la concurrence et ne garder que les châteaux et les musées dans leur patrimoine… Sont-ils moins bien soignés que les Français ?

La plupart des pays ont supprimé le statut de fonctionnaires et baissé drastiquement leur nombre
Le constat sur l’école est juste. Mais ce n’est pas en diminuant le nombre d’élèves par classe et en rendant plus facile le bac que le niveau moyen des élèves s’élèvera pour rejoindre les scores des meilleurs pays étrangers.

Nous avons plutôt besoin d’instaurer une vraie autonomie des établissements avec une concurrence au sein du système scolaire, et d’encourager l’école privée comme c’est le cas dans d’autres pays dont les résultats sont à la mesure de leur audace en la matière.

Il faut libérer le monde de l’entreprise et faire une grande réforme fiscale !
Quid de la fameuse réforme du Code du travail ? Le flou du discours d’Édouard Philippe va inquiéter encore plus les entrepreneurs qui préfèrent des pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada ou bien d’autres où la liberté de licencier est réelle tout en sécurisant les employés… L’assurance chômage sera complètement étatisée au lieu d’instaurer la liberté de s’assurer.

De même, rien sur les 35 heures, et si peu sur les accords d’entreprise… Pour ce qui est de la politique fiscale, là où l’on espérait une vraie baisse des impôts, on a eu droit au report de plusieurs promesses (ISF, taxe d’habitation, taux d’impôt sur l’épargne…). Au sujet des retraites, nous restons toujours le seul pays riche et démocratique sans fonds de pension et avec la capitalisation seulement pour les… fonctionnaires.

Mais nous voilà rassurés, nous allons créer des commissions : grâce aux États Généraux de l’Alimentation, à la Conférence des Territoires ou bien aux États Généraux de l’Agriculture, la France sera sauvée. Faut-il donc vouloir « tout changer pour que rien ne change » ?


Source contrepoints.org
Par Nicolas Lecaussin.



  • Nicolas Lecaussin
    Directeur du développement de l’IREF, Nicolas Lecaussin est diplômé de Sciences-po Paris, ancien président de l’iFRAP (Institut Français de Recherche sur les Administrations Publiques), fondateur de Entrepreneur Junior et auteur de plusieurs ouvrages sur le capitalisme, l’État et les politiques publiques. Dernier livre publié : "L’obsession antilibérale française".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire