mardi 19 septembre 2017

Photos-Sergio Larrain



Sergio Larrain 

Cette image stupéfiante de fillette suivie par son ombre dans un escalier du port de Valparaiso est signée Sergio Larrain. Un coup de chance ? Mieux ? « un miracle », disait le photographe chilien. « Pour faire une bonne photo, expliquait-il, il faut partir de bonne humeur le matin à l’aventure, en marin qui hisse sa voile. Errer, regarder, dessiner et regarder encore, jusqu’à ce que l’on sorte du monde connu pour entrer dans ce que l’on n’a jamais vu. C’est alors que les images apparaissent. »
Ami de Neruda, admiré par Cartier-Bresson (qui le fait entrer chez Magnum), ce fils d’architecte, né en 1913 à Santiago, est devenu un mythe dans l’histoire de la photo.
Après avoir acheté à 18 ans un Leica – il trouvait l’objet « beau » -, le jeune homme abandonne ses études d’ingénieur pour le photojournalisme. Il parcourt le Proche-Orient, l’Europe, et présente en 1949 ses premières visions personnelles : clichés d’un Londres brumeux traversé de gentlemen fantomatiques à chapeau melon. En 1957, dans un escalier de Valparaiso, son terrain de prédilection, les deux fillettes n’ont pas, elles non plus, l’air tout à fait arrimées à la terre ferme. Toute la singularité de Larrain est là, dans cet art de faire surgir du quotidien des personnages de fiction. Ses cadrages complexes, souvent réalisés au ras du sol, à hauteur de chien errant, compriment les sujets dans un univers d’une inquiétante étrangeté. Depuis 1971, le photographe vivait en ermite dans un hameau perdu du Chili, pratiquant le yoga et se nourrissant de raisins secs. Il refusait les visites. Dans une correspondance abondante, il appelait ses amis à renoncer à leur ego, seule façon de sauver la planète pour cet écologiste de la première heure. Sergio Larrain est mort le 7 février 2012. Il avait 81 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire