jeudi 18 février 2016

Billets-Petite histoire de la désinformation


Petite histoire de la désinformation

Vladimir Volkoff était un auteur prolifique, surtout de romans historiques et policiers. Fils immigré de Russes chassés par la Révolution de 1917, après un début de carrière dans l’Armée (en Algérie, qu’il dut quitter avec douleur), puis dans l’enseignement, ce licencié en lettres classiques et docteur en philosophie, se lance dans l’écriture, où il connaîtra un certain succès.
Pour ma part, je m’intéresserai ici à deux de ses essais, à commencer par cette « Petite histoire de la désinformation », publiée en 1999. Un ouvrage qui lui a donné ensuite l’idée de lancer une collection, aux Éditions du Rocher, autour de ce même thème (et à laquelle j’ai failli collaborer avant qu’il ne disparaisse), dont il n’aura hélas eu le temps que de faire publier deux ou trois contributions.

Une approche vivante et dynamique
J’ai eu beaucoup de plaisir, lorsque ce livre est sorti, à le lire. Fourmillant d’exemples, d’anecdotes, de faits historiques et d’illustrations empruntées au quotidien, il y propose une approche vivante et dynamique de ce qu’est la désinformation et quelles en sont les grandes ficelles.
« Une petite histoire » dans la mesure où il faudrait des milliers d’ouvrages pour retracer véritablement l’Histoire de la désinformation, ou tout au moins un ouvrage très épais pour en narrer les grandes étapes historiques. Ici, l’approche est bien plus ludique et destinée à un grand public.
Vladimir Volkoff, l’ancien militaire de carrière, devenu spécialiste du sujet (il fut initié à la doctrine du Renseignement, Action, Protection), commence par mettre les choses au clair en précisant ce que la désinformation n’est pas, la distinguant de la propagande, la publicité ou l’intoxication, notamment, qui ont d’autres visées. Ce qui lui permet de proposer la définition de la désinformation, que voici :
« Il me semble que la désinformation suppose trois éléments :
- une manipulation de l’opinion publique, sinon ce serait de l’intoxication ;
- des moyens détournés, sinon ce serait de la propagande ;
- des fins politiques, internes ou externes, sinon ce serait de la publicité. »
« La désinformation est (donc) une manipulation de l’opinion publique à des fins politiques, avec une information traitée par des moyens détournés. »

Une analyse des mécanismes de la désinformation
Voilà pour le point de départ. Ensuite, à travers une quinzaine de petits chapitres, à chaque fois illustrés par de multiples courts exemples passionnants empruntés à l’Histoire, partant du « bouche à oreille », en passant par le « c’est vrai puisque je l’ai lu » (et même chose pour « parce que je l’ai vu »), « la désinformation (qui) s’organise » (l’URSS, la Chine communiste, le KGB, la Gestapo, notamment, mais aussi diverses opérations militaires), ou encore par les manuels scolaires, dictionnaires, etc., Vladimir Volkoff démonte les mécanismes classiques de la désinformation.
Dans un chapitre plus général, l’auteur explique en effet en détail « comment c’est conçu », puis dans un suivant « comment ça se pratique », pour ensuite en détailler chaque élément particulier dans les chapitres suivants, qui apportent autant d’exemples concrets.
Ce qui en fait un ouvrage à la fois passionnant et très facile à lire. Très pédagogique, mais jamais ennuyeux. Vladimir Volkoff sait magnifiquement bien capter l’attention de son lecteur, qui comme pour un bon roman n’a pas envie de lâcher le livre. Je le relierai d’ailleurs volontiers à l’occasion. Et je le conseille vivement à ceux qui veulent s’instruire de ce qu’est exactement la désinformation et comment elle fonctionne, tout en passant un bon moment de détente.


Source contrepoints.org (Par Johan Rivalland)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire