mercredi 8 février 2017

Arts-Tatouage japonais


Tatouage japonais

Autre figure majeure du tatouage asiatique avec le tatouage chinois, le tatouage japonais est l’un des styles majeurs de cet art.
Aussi populaire en occident qu’il est craint au Japon, le tatouage japonais véhicule de nombreux fantasmes car il est principalement lié aux Yakuzas, la mafia japonaise.

  • Un historique du tatouage japonais
Au Japon, on parle de irezumi pour désigner ces tatouages traditionnels qui recouvrent de larges parties du corps.
Ces tatouages sont de véritables œuvres d’art et prennent souvent plusieurs années à être terminés.
Bien que le tatouage japonais soit aujourd’hui un signe distinctif des Yakuzas, son histoire est bien plus ancienne et remonte au temps où les pêcheurs japonais se tatouaient le visage pour se protéger des esprits maléfiques.

  • Tatouage japonais et yakuza
Les Yakuza sont responsables en grande partie de cette image qu’à le tatouage japonais à l’heure actuelle.
On estime à 73% le nombre de yakuza qui serait tatoués. Cette étape était considérée comme un test d’endurance et de courage et les tatouages qu’ils se faisaient faire étaient très codifiés.
Aujourd’hui, les nouvelles générations de yakuza se font de plus en plus faire un tatouage de type occidental, plus rapide, moins douloureux et bien moins cher.
Au Japon, le tatouage reste un élément de discrimination au sein de la société.
Un véritable paradoxe quand on sait que certains Yakuza se font aujourd’hui retirer leurs tatouages, par souci de discrétion, alors que bon nombre d’occidentaux arborent désormais des tatouages de style japonais.
L’influence occidentale fait ainsi que cette discrimination des tatouages se fait moins importante.
Toutefois, vous trouverez encore dans de nombreux bains publics une affiche interdisant l’entrée à ceux qui portent un tatouage.

  • Le tatouage intégral



L’idée du tatouage intégral japonais vient du costume de samouraï appelé jimbaori, un manteau sans manche.
C’était une veste très facile à mettre par dessus une armure. Sur le dos du jimbaori était peint le motif préféré du samouraï. Ils avaient une nette préférence pour les héros, les dieux gardiens ou les dragons.
Les premiers tatouages japonais se firent donc sur le dos et ils s’étendirent progressivement aux épaules, aux bras, aux cuisses, pour finir par recouvrir le corps entier.

  • Le tatouage japonais est également très codifié et sa réglementation suit des règles strictes.
Kame-no-Koh ou turtle back recouvre l’ensemble du dos jusqu’à mi-cuisses.
Donburi Soushinbori représente le corps entièrement tatoué de la base du coup aux poignets et aux chevilles.
Hikae représente un tatouage recouvrant l’épaule et le pectoral.

  • Glossaire et symbolique du tatouage de style japonais
De façon générale, Irezumi désigne le tatouage traditionnel intégral japonais. Celui-ci peut s’étendre du cou, jusqu’au bas des fesses, sur la poitrine et sur les avant-bras. Il peut également complètement recouvrir le corps à l’exception du visage, des mains et des pieds.
Irezumi (入れ墨, 入墨, 文身) :
tatouage/tatouer.
Horimono (彫り物, 彫物) :
littéralement graver, couper. 
Horishi (彫り師, 彫物師) :  
un artiste tatoueur.
Bokukei, bokkei (墨刑) : 
punition par tatouage.
Tebori (手彫り) :  
littéralement couper à la main décrit les techniques de tatouages à la main.
Hanebori (羽彫り) : 
littéralement couper avec une plume une technique de tatouage à la main employant un mouvement de plume
Tsuki-bori (突き彫り ) : 

une technique de tatouage à la main avec un mouvement rapide.
Kakushibori (隠し彫り ) : littéralement coupure cachée
tatouer près des aisselles, l'intérieur des cuisses et autres parties « cachées » du corps. Fait aussi référence au tatouage de mots cachés, par exemple parmi les pétales de fleurs.
Kebori (毛彫り ) : 
le tatouage de fines lignes ou de poils sur les visages tatoués.
Sujibori (筋彫り ) : 
tracer le contour, contour du tatouage.
Shakki :
le son que les aiguilles font lorsqu'elles piquent la peau.
Irebokuro (入れ黒子) : 
qui signifie insérer un grain de beauté.
Yobori :
Le terme japano-anglais venant de l'argot pour la technique de tatouage fait à la machine.
Sumi () : 
l'encre utilisée pour tatouer, traditionnellement préparée par l'apprenti.
Hikae :
tatouage englobant la poitrine.
Nagasode (長袖) :
tatouage du bras jusqu'au poignet.
Shichibu (七分) : 
tatouage couvrant 7/10e du bras jusqu'à l'avant-bras.
Gobu (五分) : 
tatouage couvrant 5/10e du bras jusqu'à l'épaule.

A l’image du tatouage chinois, les images présentes dans les tatouages traditionnels japonais ont une signification particulière.
La pivoine: symbolise la richesse et la bonne fortune ;
Le chrysanthème: fermeté et détermination ;
La fleur de cerisier: symbolise le caractère éphémère de la vie ;

  • Quelques exemples de tatouage japonais








Source culture-tatouage.com

1 commentaire:

  1. Très intéressant le glossaire du tatouage japonais et ses symboliques

    RépondreSupprimer