samedi 4 novembre 2017

Infos santé-Nerf sciatique et douleurs



Nerf sciatique et douleurs

Le nerf sciatique est un nerf volumineux qui naît de la jonction de cinq nerfs spinaux (L4 à S3.)  Il commence dans le bas du dos, traverse la fesse et se rend jusqu’au pied par plusieurs branches.  Lorsqu’une partie du nerf est comprimée ou irritée, des douleurs, brûlures, engourdissements ou picotements peuvent se faire sentir.

Selon la localisation de l’irritation, la douleur peut se présenter derrière la cuisse, sur le côté de la jambe, dans le mollet, au gros orteil…  Certaines personnes vont ressentir la douleur uniquement dans le membre inférieur, d’autres vont aussi la ressentir dans le bas du dos.  Au mieux, la douleur peut être intermittente et vaguement irritante; au pire, une insoutenable sensation de feu peut rendre la marche impossible.

Bien qu’une compression musculaire le long du trajet du nerf soit possible, les douleurs sciatiques sont plus souvent causées par une blessure à la colonne vertébrale.  Puisque les douleurs sciatiques sont presque toujours associées à une blessure discale (hernie, bombement, amincissement, fuite chimique du noyau), la décompression vertébrale est la technique de choix pour réduire la pression sur le segment vertébral impliqué.

  • Quelques généralités :

Le nerf sciatique est le plus long et le plus volumineux nerf du corps humain.

Le nerf sciatique peut aussi se nommer nerf grand sciatique ou nerf ischiatique.

À gauche ou à droite, l’anatomie du nerf sciatique est la même.  Il est beaucoup plus rare (quoique pas impossible) que les deux côtés soient atteints.

Le nerf sciatique est un nerf mixte qui possède des racines motrices et sensitives sur cinq niveaux vertébraux.  Il est donc normal que les symptômes varient d’un individu à l’autre. 

Il est impossible de décoincer un nerf (sciatique ou autre) en utilisant la force.

Puisque les hernies discales lombaires se produisent à 95% entre L4-L5 ou L5-S1, les racines L5 et S1 sont les plus souvent touchées.

Un dermatome est un territoire cutané en forme de bande innervé par une racine nerveuse.  Il est souvent possible de savoir quel niveau vertébral est atteint en suivant le trajet de la douleur.

Une atteinte sensitive de L5 produira généralement des douleurs à la fesse, sur le côté externe de la cuisse, sur le coté externe de la jambe, sur le dessus du pied et au gros orteil.

Une atteinte motrice de L5 produira généralement une difficulté à relever le pied et à relever le gros orteil.

Une atteinte sensitive de S1 produira généralement des douleurs à la fesse qui descendent en ligne droite plus ou moins continue vers le talon.  Le côté externe du pied (petit orteil) est aussi souvent touché.

Une atteinte motrice de S1 produira généralement une difficulté à marcher sur le bout des pieds.

  • Pour ceux qui veulent en savoir plus

Pour comprendre le système nerveux, il faut tout d’abord savoir que la moelle épinière voyage à l’intérieur de la colonne vertébrale dans un canal qui se nomme… le canal vertébral.  La moelle épinière est en quelque sorte une autoroute de l’information qui relie le cerveau et le reste du corps.  Elle commence à la sortie du crâne et se prolonge jusqu’au niveau des vertèbres lombaires, dans le bas du dos.


Les nerfs qui se branchent à la moelle épinière n’ont pas de nom, seulement des numéros : ce sont les nerfs spinaux.  Chaque nerf spinal possède deux racines : une pour la fonction sensitive (sensation de toucher, de chaleur…) et une autre pour la fonction motrice (le contrôle des muscles).


 Vue inférieure d’une vertèbre lombaire.  Les flèches noires pointent le récessus latéral, par où passent les racines nerveuses avant de sortir entre les vertèbres. C’est généralement à cet endroit que la compression se produit lors d’une hernie discale.  Le trou en forme de triangle est le canal vertébral.  C’est dans ce canal que voyage la moelle épinière.

Une fois que les deux racines ont fusionné, le nerf spinal sort de la colonne vertébrale par un canal localisé entre deux vertèbres. Ce canal se nomme canal latéral (on parle aussi de récessus latéral ou de foramen intervertébral.)  Le numéro d’un nerf spinal correspond à l’endroit où il sort de la colonne vertébrale.  Le nerf spinal L4 sort sous la quatrième vertèbre lombaire, le nerf spinal L5 sort sous la cinquième vertèbre lombaire…


 Après son passage dans le canal latéral, le nerf spinal sort par le foramen intervertébral.

Une fois sortis de la colonne vertébrale, les nerfs spinaux se divisent et forment de nouvelles unions.  De façon simplifiée, le nerf sciatique naît de la fusion d’une partie des nerfs spinaux L4 à S3.

Voilà pour le survol anatomique.  Maintenant la vraie question : pourquoi le nerf sciatique fait-il souvent mal?

Réponse courte : parce que les racines du nerf sciatique sont localisées dans le bas du dos et que la région lombaire est sujette à de nombreuses blessures discales.

Les douleurs sciatiques sont presque indissociables des discopathies lombaires, mais le processus qui génère la douleur peut différer d’une personne à l’autre.  Pour s’y retrouver plus facilement, il est préférable de diviser les douleurs sciatiques en deux catégories :

• la sciatique radiculaire
• la sciatique référée

  • La sciatique radiculaire

Le terme radiculaire signifie simplement qu’une racine nerveuse est impliquée dans le processus de douleur. Il y a deux façons d’irriter une racine nerveuse :

• la compression
• l’irritation chimique

  • Sciatique radiculaire - La compression d’une racine nerveuse

Comme on l’a vu plus haut, le nerf spinal se compose de deux racines (une sensitive, une motrice) et doit traverser un tunnel entre les vertèbres pour rejoindre sa région cible.  Lorsqu’une hernie discale ou un bombement discal se produit, la bosse du disque peut comprimer une racine et générer de la douleur.  Le nerf spinal est particulièrement vulnérable lors de son passage dans le canal latéral, où l’espace est déjà limité.  De plus, la racine sensitive du nerf spinal comporte un petit renflement (le ganglion spinal) qui contient les corps cellulaires des neurones sensitifs.  Lorsque comprimée, cette racine peut générer une douleur atroce.


Une autre cause fréquente de douleur sciatique par compression radiculaire est la sténose latérale.  Sténose veut simplement dire rétrécissement.  La sténose latérale est donc le rétrécissement du canal latéral par où passent les nerfs spinaux.  Chez les gens qui avancent en âge, le disque devient plus mince, les vertèbres se rapprochent, les ligaments s’épaississent et les facettes vertébrales se déforment.  Bref, il reste moins de place pour que le nerf traverse le canal, la compression survient et les douleurs sciatiques apparaissent.


Vue sagittale d’une pièce cadavérique lombaire. Les flèches délimitent le foramen intervertébral, par où sort le nerf spinal (absent sur l’image).


Vue sagittale d’une pièce cadavérique lombaire.  Dégénérescence discale avancée et sténose latérale.  Le foramen intervertébral est fortement diminué et le ganglion spinal est comprimé.

  • Sciatique radiculaire - L’irritation chimique d’une racine nerveuse

Lors d’une hernie discale majeure, le disque intervertébral peut se déchirer complètement et laisser s’échapper du matériel qui provient de son noyau (déchirure de grade V). Les agents inflammatoires libérés par la déchirure discale, principalement des cytokines, peuvent irriter fortement les racines nerveuses.  Il est à noter qu’il se produit alors un effet « coup de soleil », c’est-à-dire qu’une racine nerveuse irritée chimiquement devient encore plus sensible à la pression, ce qui augmente les douleurs sciatiques.


Peu importe le niveau vertébral (cervical sur l’illustration), la rupture complète de l’anneau fibreux du disque intervertébral peut occasionner une irritation chimique des tissus nerveux avoisinants.

  • La sciatique référée

 La sciatique référée est en tous points semblable à la sciatique radiculaire, mais elle n’implique pas les racines du nerf sciatique. Certaines personnes ont eu l’audace de la qualifier de fausse sciatique, mais il n’y a absolument rien de faux dans la douleur générée par cette condition. La sciatique référée (ou discogénique) est une douleur ressentie au niveau du sciatique mais qui provient du disque.

Une douleur référée est une douleur qui provient d’une région du corps mais qui est ressentie dans une autre. Un bon exemple de douleur référée est la douleur au bras que peut engendrer une crise cardiaque. Le cerveau reçoit de l’information en provenance d’une région mais la conscientise dans une autre.

Pour la sciatique, c’est la même chose. Le disque intervertébral, plus particulièrement l’anneau fibreux du disque peut référer de la douleur. Lorsque le noyau du disque intervertébral ne peut plus faire son travail, l’anneau devient sensible et peut même se déchirer. Le cerveau fait alors une « interprétation vague » de l’influx neurologique et conscientise la douleur au niveau du nerf sciatique, même s’il n’est pas directement touché.

Ce phénomène de sciatique discogénique peut aussi expliquer la différence entre les rapports d’imagerie et les symptômes ressentis. Une résonance magnétique peut ne révéler aucune compression des racines nerveuses, et pourtant, la personne est à l’agonie.  La raison est simple : le disque est blessé.

L’implication du nerf sinuvertébral (une branche récurrente du sciatique) a été clairement démontrée dans le phénomène de sciatique référée, mais la complexité du sujet ressort du cadre général de ce site(3,4).

Il est à noter que le bas du dos est une région soumise à beaucoup de stress et que le disque intervertébral n’est pas le seul à pouvoir référer des douleurs. Les articulations sacro-iliaques, les facettes articulaires vertébrales et les ligaments vertébraux sont autant de structures qui peuvent référer de la douleur dans le membre inférieur. Toutefois, même si cette douleur peut être très incommodante, elle ne suivra généralement pas le même trajet (les dermatomes) que la douleur sciatique. On peut alors parler d’une vraie « fausse sciatique ».

  • Le traitement de la douleur sciatique

Les approches sont multiples, l’activité physique modérée joue un rôle primordial, mais en quelques mots, la décompression vertébrale est dans une classe à part. La technique Cox a été développée précisément pour traiter les lésions discales et les irradiations nerveuses. La décompression vertébrale manuelle permet d’isoler précisément le segment en problème, de réduire la pression sur le disque, de réduire la pression sur les racines nerveuses, d’augmenter la distance entre les vertèbres…  Il n’y a simplement rien de comparable. Pour avoir de meilleurs résultats, il est toujours préférable de consulter quelqu’un qui s’y connaît vraiment.


1 commentaire:

  1. Un tres bon article.Dommage qu'on parle pas aussi de mega cauda(canal medullaire large) et qui provoque des sciatiques par paquets et à repetiton ,rendant la marche et la position assise , impossible.

    RépondreSupprimer