jeudi 10 novembre 2016

Billets-Attentats au Bataclan : la fusillade vue de l’intérieur


Attentats au Bataclan : la fusillade vue de l’intérieur

Julien Pearce, journaliste d’Europe 1 était présent dans la salle de concert du Bataclan, dans le 11e arrondissement de Paris, lors de la dramatique fusillade orchestrée par les terroristes vendredi 13 novembre au soir.

Au micro de France Télévisions, il témoigne des tragiques événements et de l’effroi :
« Ça faisait quarante minutes à peu près que le concert avait débuté. Il y avait énormément de monde dans la salle. C’était quasiment plein. Et au milieu d’une chanson, on a entendu des détonations qui venaient de derrière. On a entendu des cris. J’ai tourné la tête. Et là j’ai vu plusieurs individus qui portaient des kalachnikovs, qui nous visaient et qui tiraient de manière totalement aléatoire sur la foule. Ils avaient le visage découvert. Celui que j’ai vu en particulier était habillé tout de noir. Son visage m’a paru très jeune : la vingtaine.

Alors immédiatement tout le monde s’est couché sur le sol. C’est un réflexe dans ce genre de situation, j’imagine. Il y avait tellement de monde que je me suis retrouvé avec une ou deux personnes sur moi, ce qui m’a probablement sauvé la vie, d’une certaine manière.

On a attendu une sorte d’accalmie, un moment où tous ont rechargé leurs armes en même temps, et on s’est réfugié à droite de la scène où il y avait une sorte de petit local technique, qui était plongé dans le noir. Il y avait déjà une dizaine de personnes à l’intérieur totalement terrifiées. Ce local ne menait nulle part : il n’y avait pas de sortie, il n’y avait pas d’issue. On venait de quitter un piège pour un autre, d’une certaine manière, même si on était moins exposés. Donc on a attendu encore quelques minutes à l’intérieur. Les tirs continuaient évidemment. On ne comprenait pas exactement ce qu’il se passait.

Ils étaient de nouveau en train de recharger leurs armes. C’est à ce moment-là qu’une dizaine de personnes et moi-même avons décidé de courir sur la scène, parce que de l’autre côté se trouvait la seule issue de secours qui donnait sur une rue.

Instinctivement, j’ai tourné la tête quand j’étais au milieu de la scène : j’ai vu ces hommes qui recommençaient à tirer, qui continuaient à tirer, qui exécutaient froidement les gens sur le sol, et qui me regardaient aussi courir.

À ce moment-là j’ai attrapé une demoiselle qui était montée sur la scène et qui était grièvement blessée : elle avait reçu deux balles, au niveau du fessier et au niveau de la cuisse gauche. Elle saignait beaucoup et était en train de perdre connaissance. Je l’ai attrapée, l’ai mise sur mes épaules et on a couru dans la rue. »

Le bilan est lourd : plus de quatre-vingts personnes sont mortes sur place, dont les quatre assaillants.

Photo: Le Bataclan – Crédit photo : Jxandreani via Flickr (CC BY 2.0)

Source contrepoints.org


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire